Page d’accueil

L'arboriculteur bangladais se bat toujours : une maladie incurable devenue une épreuve

Abul Bajandar, un Bangladais souffrant d'une maladie génétique rare connue sous le nom de syndrome de l'homme-arbre, est assis sur un lit d'hôpital alors qu'il attend d'être soigné au service des brûlés du Dhaka Medical College Hospital (DMCH) à Dhaka, au Bangladesh.

Abul Bajandar, 32 ans, a subi plus de 20 interventions chirurgicales au cours des sept dernières années pour éliminer ces verrues inhabituelles qui ressemblent à des morceaux d'arbres et qui sont dues à une maladie liée à un dysfonctionnement de son système immunitaire.

Selon ses médecins, il souffre d'épidermodysplasie verruciforme, une maladie non contagieuse mais incurable.

photo Ansa
Nous sommes au Bangladesh
Abul Bajandar, un Bangladais de 32 ans, est surnommé "l'homme-arbre" en raison des verrues qu'il a sur les mains et qui sont dues à une maladie génétique rare. S'il a passé une enfance tout à fait normale dans sa ville natale, il ne se doutait certainement pas que, quelques années plus tard, son histoire serait connue dans le monde entier. Et qu'il serait surnommé "l'homme-arbre". Ce surnom inhabituel lui a été donné précisément à cause d'une maladie extrêmement rare qui a recouvert ses mains d'énormes excroissances, semblables en fait à l'écorce d'un arbre.
photo Ansa
Un calvaire sans fin
Au cours des sept dernières années, Abul a subi plus de 20 interventions chirurgicales pour éliminer ces verrues inhabituelles. Aujourd'hui, il est de nouveau hospitalisé pour subir de nouvelles interventions. Il a été admis le 13 mai dernier.
Photo Getty
Un problème qui a commencé dès l'adolescence
Pendant son adolescence, Bajandar a commencé à remarquer, sans trop y prêter attention, la présence de petites verrues sur la peau de ses mains et de ses pieds. Au fil du temps, ces étranges formations ont continué à croître et à se multiplier. La solution consistant à les enlever à l'aide d'un couteau s'étant avérée inutile et douloureuse, le jeune homme a finalement décidé de consulter le médecin de son village, un homéopathe et phytothérapeute qui, malheureusement, n'a fait qu'empirer les choses.
Photo Getty
La situation s'est donc aggravée
Vers l'âge de 20 ans, les verrues ont commencé à prendre l'aspect d'une écorce végétale et à se multiplier de plus en plus rapidement. En l'espace de cinq ans, les excroissances ont continué à croître de manière incontrôlée et ont fini par recouvrir complètement les mains du jeune homme.
photo Ansa
Le diagnostic et ses espoirs
Abul Bajandar a été diagnostiqué comme souffrant d'épidermodysplasie verruciforme (EV), également connue sous le nom de syndrome de Lewandowsky-Lutz, une génodermatose héréditaire due à des mutations génétiques qui rendent les patients sensibles aux infections par le papillomavirus humain. "Je veux vivre comme une personne normale, je veux juste pouvoir tenir ma fille dans mes bras et la serrer contre moi", avait déclaré Bajandar. Cela s'est produit après plusieurs opérations qui lui ont enfin permis de manger et d'écrire avec ses propres mains. Mais aujourd'hui, il est nécessaire d'intervenir à nouveau.
01/01/1970
01/01/1970
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.